Pas si simple, la question tibétaine

par André Lacroix, le 30 août 2013

auteur de la traduction
Mon combat pour un Tibet moderne.
Récit de vie de Tashi Tsering, éd. Golias, 2010

Sans prétendre faire le tour de la question tibétaine, les quelques réflexions qui suivent tentent de déconstruire un certain nombre de préjugés très répandus.  Ces réflexions ne demandent qu’à être critiquées, nuancées, prolongées.

Tashi Tsering, un Nelson Mandela tibétain

par André Lacroix, le 7 juillet 2013

En octobre 2010, les éditions Golias publiaient ma traduction française de The Struggle for Modern Tibet. The Autobiography of Tashi Tsering par Melvyn GOLDSTEIN, William SIEBENSCHUH et Tashi TSERING, éd. Sharpe, New York et Londres, 1997.

Mieux comprendre la Chine et ses questions épineuses :démocratie, liberté individuelle, droits de l’homme, corruption, enfant unique… et le Tibet !

par André Lacroix, le 10 mars 2013

Il y a quarante ans tout juste,  Alain Peyrefitte publiait son célèbre essai Quand la Chine s’éveillera.  Le moins qu’on puisse dire est que ce réveil a été spectaculaire.  Après des siècles de domination européenne et puis états-unienne, on peut sans doute affirmer que le 21e siècle sera marqué par l’hégémonie chinoise. Un tel bouleversement ne peut manquer de réveiller chez nombre d’Occidentaux la hantise du péril jaune et, pour conjurer leur peur, ils s’empressent de transformer la Chine en repoussoir.  Que cet immense pays, confronté à d’énormes problèmes, fasse l’objet de sévères critiques, cela peut se comprendre.  Encore faut-il raison garder.

Le Tibet : une affaire sino-chinoise ou un conflit international ?

par Jean-Paul Desimpelaere, le 14 février 2012

Pour mieux comprendre ce que nous appelons la « question tibétaine », un retour vers le passé est nécessaire.

WikiLeaks, les écolos et le dalaï-lama

par Jean-Paul Desimpelaere, le 17 mars 2011

Selon le journal de Hong-Kong « The South China Morning Post » (18/12/10), dans les fichiers de ‘WikiLeaks’ (correspondance privée du ministère des affaires étrangères des États-Unis mise à jour) se trouvent plusieurs traces de conversations entre l’ambassadeur américain à Delhi et le dalaï-lama.

Palestiniens et Tibétains : même combat ?

par André Lacroix, le 3 mars 2011

Ceux qui défendent la cause des Palestiniens (victimes de la politique israélienne) ne devraient-ils pas aussi défendre la cause des Tibétains (victimes de la politique chinoise) ? Voilà ce que pensent de bonne foi nombre de démocrates occidentaux, très mal informés de la réalité tibétaine.

Les États-Unis, sponsor principal du 14ème dalaï-lama

par Jean-Paul Desimpelaere , le 26 mars 2010

Les associations dalaïstes reçoivent de sérieuses sommes d’argent, que ce soit directement de diverses instances officielles états-uniennes, ou via un réseau d’ONG. Jetons-y un coup d’œil..

L'Arunachal Pradesh, une ancienne dispute entre la Chine et l'Inde

par Jean-Paul Desimpelaere, le 21 mars 2010

En novembre 2009, le 14ème dalaï-lama s’est rendu dans la région d’Arunachal Pradesh en Inde... que venait-il y faire ? L’Arunachal Pradesh couvre un territoire équivalant à environ deux fois la Suisse. Il est situé dans l’extrême nord de l’Inde, entre le Bhoutan et le Myanmar et partage une frontière avec le Tibet chinois. Il en faisait même partie jusqu’en 1913.

Le Sénat français, le Congrès des Etats-Unis et le dalaï-lama

par Jean-Paul Desimpelaere, le 11 mars 2010

Le 22 octobre 2009, la Commission du Congrès des États-Unis sur la Chine a publié un rapport étoffé (152 pages) sur les “droits de l’homme” au Tibet.(1) La Chine a répondu : « De quoi vous mêlez-vous ? », en ajoutant que les informations rassemblées dans ce rapport ne se basent pas sur des faits avérés, sans donner de détails ni ouvrir la polémique. Sur le plan international, la Chine ne s’octroie pas le droit de fouiller dans les affaires internes d'autres pays, elle est un fervent défenseur du dialogue.

« The Shadow Circus : la CIA au Tibet », un documentaire à revoir !

par Jean-Paul Desimpelaere, le 23 février 2010

Le documentaire date de 1998 (ce qui n'est pas si éloigné), il a été réalisé par la tibétaine, Ritu Sarin, et son mari (séjournant tous deux à l’étranger). Il a été diffusé entre-autres sur la BBC et la télévision allemande. Aux États-Unis, il a été primé lors d’un festival. Il donne la parole à des officiers de la CIA partis à la retraite, à d'anciens rebelles tibétains et à l’actuel dalaï-lama. Cela vaut la peine de le revoir pour le comparer, par exemple, au livre plus récent « The CIA’s secret war in Tibet » (2002) de Kenneth Conboy et James Morrison (Modern War Studies, University of Kansas).

Le Dalaï-Lama: qu'attend-il de la Chine ? que reçoit-il des États-Unis?

par Jean-Paul Desimpelaere, le 16 février 2010

Le président américain Barack Obama a l’intention de recevoir le dalaï-lama à la Maison-Blanche. Les Chinois s'offusquent, ils considèrent le dalaï-lama comme un séparatiste. Est-ce le cas ? Le dalaï-lama affirme pourtant qu’il ne revendique plus « l’indépendance du Tibet, mais davantage d’autonomie »... alors qu'en est-il ? Les Chinois sont-ils obstinés à ce point ? Les États-Unis et l’Europe insistent souvent auprès du gouvernement chinois pour qu’il négocie avec le dalaï-lama son possible retour au Tibet et une « réelle autonomie » pour le peuple tibétain.

« Religious Freedom in Tibet, 2006 », un document du gouvernement américain à relire

par Jean-Paul Desimpelaere, le 25 décembre 2009

A relire: un document du gouvernement américain (US Department of State) rendu public le 15/09/06, à trouver sur http://beijing.usembassy.gov Il s'agit d'un rapport détaillé répertoriant tous les moines et religieuses qui furent pris à partie par les autorités de la R.A.T., victimes de violences et/ou enfermés. Les Américains y accusent la Chine de limiter la liberté religieuse au Tibet et citent des exemples « de sympathisants du 14ème dalaï-lama qui sont chassés des monastères ».

Le Tibet et la CIA (et le gouvernement états-uni en général)

par André Lacroix, le 21 décembre 2009

Ci-dessous, un petit aperçu des liens qui se sont tissés entre les autorités féodales tibétaines et les États-Unis déjà avant que ne soit proclamée la République populaire de Chine, et qui se sont étoffés et renforcés jusque maintenant.

Le dalaï-lama, un Nobel de la Paix pas aussi pacifiste qu'il n'y paraît

par Jean-Paul Desimpelaere, le 7 septembre 2009

Le prix Nobel de la paix fut attribué au dalaï-lama en 1989. Cet événement s’inscrivait dans l’offensive mondiale contre le « Mur de Berlin » qui fut d’ailleurs brisé la même année. Alors que le 14ème dalaï-lama venait à peine de recevoir ce prix prestigieux, il appelait déjà à la violence au Tibet... en des termes masqués, bien évidemment. Ci-dessous quelques exemples de « pacifisme » de notre saint Nobelisé.