Jean-Paul Desimpelaere

Ingénieur civil de formation, travail en entreprise,  manager de l'agence de voyage « Belgique-Chine », président de l'association « Euro-China », fondateur du site www.tibetdoc.eu

Auteur de :
« Tibet, Kroniek van het dak van de wereld », co-rédigé avec M.M.V. Kris Peeraer, éd. Epo, 2009
« Tibet, au-delà de l'illusion », co-rédigé avec Elisabeth Martens, éd. Aden, 2009

 

Mon intérêt pour le Tibet

2009, par Jean-Paul Desimpelaere

En 1985, j’ai eu l’occasion d’accompagner en Chine rurale un journaliste d’un célèbre quotidien belge. Il désirait réaliser un reportage à propos de la réforme agraire : dissolution des communes et redistribution des terres aux familles paysannes. J’ai toujours estimé que pour bien connaître un pays, il est nécessaire de s’intéresser en premier lieu à la majorité de la population de ce pays. A cette époque, 80% des Chinois étaient des agriculteurs. C’est pourquoi je fus d’emblée enthousiaste à l’idée d’aller interroger des familles chinoises vivant à la campagne. Toutefois, grande fut ma consternation de constater que le journaliste avec qui je voyageais s’intéressait plus au confort des hôtels, à la charmante guide et interprète qui nous accompagnait, et même à un vendeur de Bibles sur le Bund de Shanghai, qu’à la réforme agraire. Décrire les réalités quotidiennes d’une population – peu connues en plus ! -, cela ne le stimulait pas : aucun scandale, rien qui puisse indigner ses lecteurs, cela n’allait pas se vendre. Mon intention n’est pas de commencer le procès des journalistes, mais je vous rapporte cette anecdote parce que c’est justement ce manque d’intérêt de la part de mon coéquipier qui a provoqué en moi l’envie d’écrire à sa place.

En 1991, ma profession m’a amené à organiser une expédition d’alpinistes belges au Tibet. Elle était accompagnée par une équipe de la télévision flamande dont le directeur était un farouche anti-chinois. Pour lui, les « bons » étaient les moines tibétains ; cela allait de soi. Durant l’expédition, à laquelle il participait, je fus pourtant sidéré du manque d’intérêt qu’il portait aux Tibétains eux-mêmes, exception faite quand ceux-ci se prosternaient ventre à terre devant un temple ou une statue, ou quand ils faisaient tourner leur moulin à prières. La vie quotidienne, les travaux des champs, les conditions difficiles dans lesquelles se débrouillaient les Tibétains : tout cela, il ne le voyait même pas, parce que selon lui, un « bon Tibétain » est un Tibétain qui prie. Il pointait du doigt chaque ruine qu’on rencontrait sur la route, même celle d’une simple maison paysanne, en s’écriant : « encore l’œuvre des Chinois ! » A l’époque, je n’avais pas encore assez d’informations et de connaissances pour lui répondre et nuancer ses propos. Cela m’énervait et je me suis juré – à 5.000 mètres d’altitude ! - que je comblerais mes lacunes à propos de l’épineuse « question tibétaine ».

C’est pourquoi, par la suite, je suis retourné à plusieurs reprises au Tibet ainsi que dans les provinces limitrophes où vivent aussi de nombreux Tibétains. Je me suis procuré et j’ai étudié une grande collection d’ouvrages à propos du Tibet : études historiques, politiques et sociologiques dont les opinions se sont diversifiées à partir des années nonante. Sur place, comme tout le monde, j’ai visité les monastères et j’ai bavardé avec des lamas issus des différentes écoles du bouddhisme tibétain. Toutefois, je me suis surtout attaché à mieux connaître les agriculteurs et les éleveurs qui constituent la grande majorité de la population. C’est ainsi que j’ai eu l’occasion d’interroger de nombreuses familles paysannes.

au Qinghai, en 2005
au Qinghai, en 2005

Jean-Paul Desimpelaere : mijn interesse voor Tibet

Jean-Paul Desimpelaere (2009)

Traduit le lundi 21 juillet 2014, par Geirnaert fred

In 1985 had ik de gelegenheid om een journalist van een bekend belgisch dagblad te vergezellen op een reis in het landelijke China.Hij wou er een reportage maken over de landbouwhervormingen : ontbinding van de landbouwcommunes en herverdeling van de gronden aan de landbouwers. Ik ben er steeds van uit gegaan dat wanneer je een land wil doorgronden, je in de eerste plaats moet onderzoeken hoe het de meerderheid van de bevolking van dat land vergaat. In die tijd was nog 80% van de Chinezen landbouwer. Ik was dus op van bij de start enthousiast om Chinese families die op het platteland woonden te gaan bevragen. Mijn teleurstelling was echter groot toen ik vaststelde dat de journalist met wie ik reisde zich meer interesseerde in het comfort van de hotels, de charmante gidse en zelfs in een bijbelverkoper op de bund in Shanghai dan zich te verdiepen in de landbouwhervormingen. De dagelijkse beslommeringen van een - trouwens weinig gekende ! - bevolking beschrijven, dat stimuleerde hem niet : er was geen schandaal, niets wat zijn lezers zou kunnen verontwaardigen, dus dat kon hij niet verkopen ! Ik wil hier niet h et proces tegen journalisten voeren, maar ik breng u deze anekdote omdat het net dit gebrek aan interesse van mijn toenmalige teamgenoot is die mij de zin gegeven heeft om dan maar in zijn plaats te gaan beschrijven wat hij niet wou.

In 1991 heeft mijn beroep me er toe gebracht een expeditie van belgische alpinisten in Tibet te organiseren. Deze expeditie was vergezeld door een team van de vlaamse televise waarvan de directeur een gevlamde tegenstander van de volksrepubliek was. Voor hem was het op voorhand een uitgemaakte zaak : de « goeden » waren de tibetaanse monniken, dat spreekt voor zich. Toch was ik tijdens de expeditie, aan dewelke hij deelnam, nog geschokt door het gebrek aan interesse voor de Tibetanen zelf dat hij etaleerde. Behalve dan wanneer diezelfden zich voor een schrijn of een tempel op de knieën gooiden, of wanneer zij een gebedsmolen deden draaien. Het dagelijkse leven, het werk op de velden, de moeilijke omstandigheden waarin de Tibetanen zich in stand hielden : dat alles, dat zag hij zelfs niet. Want volgens hem was een « goede Tibetaan » een Tibetaan die bidt. Met de vinger wees hij elke ruïne aan die we onderweg tegenkwamen, zelfs die van een gewone boerenwoning, steeds uitroepend : « Alweer het werk van de Chinezen ! » Indertijd had ik niet genoeg informatie of kennis om hem van antwoord te dienen en zijn relaas te nuanceren. Dat wond me danig op en ik heb mezelf bezworen - op 5.000 meter hoogte ! - dat ik deze lacunes over het heikele « Tibet probleem » zou vullen.

Dat is waarom ik later meermaals teruggekeerd ben naar Tibet, alsook naar de aangrenzende provincies waar ook vele Tibetanen wonen. Ik heb een aanzienlijke collectie werken over Tibet aangekocht en bestudeerd : historische, politieke en sociologische studies waarvan de meningen steeds verscheidener geworden zijn sinds de jaren negentig. Ter plaatse heb ik, zoals iedereen, de kloosters bezocht en gesproken met lamas van verschillende scholen van het tibetaanse boeddhisme. Terzelfdertijd heb ik me er vooral ook aan gehouden de boeren en veehoeders, die veruit de meerderheid van de bevolking uitmaken, beter te leren kennen. Op deze wijzen heb ik de kans gekregen om vele landelijke families te bevragen.

 

Une petite devinette

 

où cette photo d’un des auteurs de ce site (à droite) a-t-elle été prise ?


Hé bien, c’est à Amsterdam, au musée Tussot.
Hé bien, c’est à Amsterdam, au musée Tussot (2012)

Selon les explications données sur place, le DL a dû passer plusieurs jours au Musée pour des sessions de photos et pour se laisser prendre des centaines de mesures du corps... Rémunération à l'appui ! Marketing politique ou détachement bouddhiste... ?

 

 

Prairie fleurie au mois d'août dans le nord du Tibet (2005)
Prairie fleurie au mois d'août dans le nord du Tibet (2005)

Jean-Paul est décédé le 23 avril 2013

Le site continue avec d'autres « fous du Tibet », dans la même veine ...