En réponse à l’article de Slavoj Zizek (1) à propos de la Chine

dimanche 8 juin 2008, par Elisabeth Martens

Si Mr Slavoj Zizek analyse avec un regard relativement serein les relations difficiles qui se sont tissées entre le Tibet et la Chine au fil des siècles et ce jusqu’au 20ème, par contre, dans la dernière partie de son article, il semble confondre – il est loin d’être le seul ! – « démocratie » et « marché libre ».A l’époque de la France glorieuse, « liberté, égalité, fraternité » ont résonné triomphalement, mais il fallut peu de temps pour que ce triomphalisme échoie aux seules bonnes fortunes capables d’investir en des entreprises défigurant l’égalité et la fraternité, et brandissant la flamme olympique. La liberté restante fut celle de la concurrence, poussant les populations vers un consumérisme effréné, semant entre elles l’inégalité et la compétition.